La une

Le pari osé et presque gagné du groupe Orange en Sierra Leone

Lorsqu’en 2016, Le groupe Orange décide d’acquérir, avec son partenaire sénégalais SONATEL, l’opérateur Airtel Sierra Leone et de s’implanter durablement dans le pays, son objectif de croissance du résultat d’exploitation paraissait une utopie. Pourtant, force est de reconnaître qu’après quatre années de présence dans ce pays, le pari est en phase d’être gagné.

Avec une population d’un peu plus de sept millions de personnes, la Sierra Leone est un état anglophone d’Afrique de l’Ouest, situé entre la Guinée et le Liberia.
Considéré comme l’un des pays les plus pauvres au monde dont le développement économique est freiné par la corruption, la Sierra Leone offre pourtant un potentiel de croissance important notamment dans l’économie tertiaire et donc les services mobiles. C’est cette opportunité que le Groupe Orange a voulu saisir en acquérant en 2016 la filiale d’Airtel en Sierra Leone.
Avec cette acquisition, Orange s’est engagé à améliorer la qualité et la disponibilité du service, avec un plan d’extension de sa couverture dans des zones géographiques jusque là inexploitées ou mal desservies.
Pour la mise en œuvre de ce plan de modernisation et d’expansion visant à améliorer la fiabilité, la couverture et la qualité de son réseau ainsi que des services voix et données, pas moins de 33 millions de dollars ont été investis par l’opérateur Télécoms.
Un pari d’autant plus risqué qu’à cette époque, le cadre réglementaire national était peu favorable et l’environnement marqué par une pression accrue des instances régulatrices, voire politiques.

Mise en selle de jeunes talents africains, brillants et compétents

Le pari pour Orange a été également d’avoir porté sa confiance sur de jeunes talents africains, brillants et compétents pour manager cette nouvelle filiale.
C’est ainsi que Sekou Dramé (aujourd’hui Directeur général de la SONATEL) a eu le privilège de diriger Orange Sierra Leone alors qu’il avait à peine quarante ans.
Diplômé de l’École nationale supérieure des télécommunications (Télécom Paristech), il est entré chez Orange en 2003 et y a gravi un à un les échelons jusqu’aux postes de direction au sein de la SONATEL. Nommé en 2012 Directeur Adjoint d’Orange Mali, il est promu Directeur Général de Orange Sierra Leone à la création de la filiale en 2016.
Sekou Dramé sera remplacé par Aminata Kane Ndiaye.
Cette diplômée d’HEC Paris et titulaire d’un MBA au MIT, Directrice Marketing d’Orange Money lors de sa nomination, assurera la relève avec beaucoup d’abnégation.
Le travail que la jeune femme a abattu en si peu de temps est unanimement salué aussi par les instances dirigeantes de l’opérateur que par le microcosme entrepreneurial africain.
En effet Aminata Kane Ndiaye a été récemment désignée “CEO of the year” en Afrique par l’initiative AfricaCom Awards, qui consacre annuellement les entreprises africaines les plus performantes ainsi que leur type de management.
Cette initiative distingue les dirigeants, entreprises et investisseurs dont la stratégie et les performances ont le plus contribué à la dynamique de croissance de l’Afrique sur l’année écoulée.

Orange Sierra Leone joue désormais sa partition dans l’essor du Groupe

Aujourd’hui la direction d’Orange Afrique peut être fière du parcours de la filiale sierraléonaise qui joue désormais sa partition dans le chiffre d’affaires 2019 pour l’Afrique, estimé à 1086,6 milliards de FCfa, en hausse de 6,3% (+64,6 milliards) par rapport à 2018.
Une embellie et de bons résultats financiers portés en partie par la reprise de la croissance du parc mobile au niveau de certains compartiments, combinés à une bonne dynamique de recrutements et de renforcement des capacités techniques.

D. CAMARA

© Magazine BUSINESS AFRICA – 2020

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page